• Header Mairie

Présentation

Situation géographique

Simandre est un village bressan situé dans le département de Saône-et-Loire en Bourgogne.
À mi-chemin entre Chalon-sur-Saône et Louhans, la commune s'étend sur 2280 ha (9,5 km d'Est en Ouest et 4,5 km du Nord au Sud).
L'altitude moyenne de la commune et de 208 m.
Simandre est bordée à l'Ouest par la Saône et se situe à l'extrémité Sud-Ouest de la Bresse louhannaise.
Les communes limitrophes sont nombreuses : Boyer, Ormes, Baudrières, La Frette, Huilly/Seille, Loisy, L’Abergement de Cuisery, Lacrost, Tournus.
Ses coordonnées géographiques sont les suivantes : latitude : 46°, 37’, 23’’ Nord, longitude : 4°, 59’, 18’’ Est.
L'habitat de la commune et dispersée puisqu'elle compte de nombreux hameaux. L'implantation de ces derniers est ancienne car il figure sur la carte de Cassini qui date des années 1750.

Démographie

Lors du dernier recensement (en 2014) Simandre comptait 1691 habitants. Depuis 1968, la population de la commune tend à se redensifier, elle avait, en effet, connu un important exode rural au début du XXe siècle, voyant sa population chuter de 1714 habitants en 1901 à 1075 habitants en 1968.

Histoire

Les habitants de notre commune se nomment les «simandrins » et «simandrines ».
Le nom de Simandre apparaît vers 1136 avec Poncianus de Cimandris, puis on rencontre l'orthographe Cimandres vers 1350 qui devient Symandres vers 1353. Durant le Moyen Âge, le bourg de Simandre dépend de la seigneurie d'Ormes.
Au XIVe siècle, la plupart des hameaux de la commune sont déjà présents. La partie orientale de Simandre (Est de la commune) dépendait de la châtellenie de Cuisery (propriété du duc de Bourgogne) et concernait les hameaux de Lestrée, Les Brûlés, Les Bordes, Les Crozes, Le Molard et Trézoire, alors que la partie occidentale (Ouest de la commune, côté Saône), était sous d'influence de la seigneurie de la Serrée avec les hameaux de Raimbos, Arcy, Châtenay.
Vers 1760, l'édification de la route Chalon-Bourg va progressivement transformer le village.
Les maisons s'installent progressivement au bord de cette dernière et le bourg se verra équipé d'une école.
En 1871 de grandes transformations ont lieu à l'église avec l'agrandissement de la nef et montre ainsi que le village se développe de façon importante.
Le second événement important qui a marqué l'évolution de la commune est la réalisation de la voie ferrée des Dombes reliant Chalon-sur-Saône à Bourg-en-Bresse. C'est en 1878 que cette voie ferrée fut mise en service, la commune construit alors une gare, ce qui augmenta considérablement l'activité commerciale du bourg et de ses foires.
En 1879 afin de favoriser l'agrandissement de la place du marché le cimetière est alors déplacé.
Afin de satisfaire les échanges commerciaux, une véritable halle aux grains (salle des fêtes actuelle) est édifiée en 1885 grâce aux souscriptions des habitants de la commune.
En 1891 la commune voit l'installation d'un bureau de postes et télégraphes et en 1908 le bureau téléphonique est installé au bourg.
C'est en 1922 que l’électricité fera son apparition, et c'est seulement en 1933 que les hameaux seront équipés à leur tour.
1926 voit la transformation du bâtiment de l'ancienne cure pour accueillir la mairie actuelle.
Le bourg de la commune prospérant, un nombre important de constructions voit le jour le long de la route Chalon-Bourg (RD 933) lui donnant l'aspect que nous connaissons aujourd'hui de village-rue.

Patrimoine

Au Nord-Est de la commune, des recherches écologiques ont permis de mettre à jour « la lande des bruyères », dans laquelle se développent des espèces rares de faune et de flore qui sont d'intérêt patrimonial. Ceci est intégré à l'inventaire national des ZNIEFF (Zones Naturelles d'Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique).
Lors de vos promenades sur les sentiers des mares et lavoirs de notre commune vous aurez l'occasion de découvrir 7 lavoirs restaurés récemment ainsi que de nombreuses mares à l'intérêt écologique tout particulier.
La source de La Fontaine d’Alnault, située dans les bois près du Moulin du Roy, reste un site très intéressant pour les passionnés d'aquariophilie. Vous aurez tout le loisir de la découvrir en parcourant les sentiers pédestres de 5,5 et 10 km qui ont été mis en place à proximité.
D'un point de vue architectural le promeneur pourra également découvrir l'abside et le clocher de l'église du XIIe siècle qui sont inscrits sur l'inventaire des monuments historiques depuis le 27 novembre 1951.